retour accueil


site de l'INRS




enseigner la santé et la sécurité au travail

Surveillance des accidents avec exposition au sang dans les établissements de santé français - Réseau AES-Raisin, France – Résultats 2013-2014
publication le 08/02/2017

Mots clefs : prévention, accidents d’exposition au sang, AES, surveillance

Surveillance des accidents avec exposition au sang dans les établissements de santé français

La nouvelle agence de sécurité sanitaire, Santé publique France, a publié le rapport de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) sur la surveillance des accidents avec exposition au sang dans les établissements de santé publique français.


Résumé

L’accident avec exposition au sang (AES) est un risque professionnel majeur pour les professionnels de santé (PS).

L'étude des AES s'effectue depuis 2002, en collaboration avec des établissements de santé (ES) volontaires documentant leurs AES à l'aide d'un questionnaire standardisé.

En 2015, 14 624 AES ont été documentés dans 825 ES. L’incidence globale des AES était de 5,7 pour 100 lits. Celle-ci a diminué de 23,0 % globalement et de 23,8 % dans la cohorte stable 2008-2015 (n=231 ES). Les AES percutanés (n=11 476) étaient la cause la plus fréquente d'AES rapporté, principalement associés à des piqûres (n=9 703), la moitié d'entre elles étant liées à la manipulation d'aiguilles (48,4 %).

Au sein de la cohorte stable, le juste usage des gants a progressé de 68,5 % en 2008 à 76,9 % en 2015.
En revanche, la mise à disposition des collecteurs à objets piquants coupants tranchants est restée stable : 70,4 % en 2008 à 72,0 % en 2015.
En 2015, 31,9 % des AES étaient évitables par le respect des précautions standard. Au sein de la cohorte stable 2008-2015, une diminution significative de la proportion des AES évitables est observée (de 39,9 % en 2008 à 31,9 % en 2015).

Le rapport 2015 clôt l'analyse nationale des données recueillies depuis 2002. Les résultats montrent une diminution constante des AES et suggèrent que la sécurité d’exercice des PS a nettement progressé ces dernières années. Au-delà de ces résultats très positifs, cette surveillance a permis une meilleure connaissance des AES, étape essentielle pour guider les stratégies de prévention. Ainsi, même si cette surveillance n'est plus prioritaire au niveau national, elle le demeure au sein des ES où tous les efforts de prévention doivent être poursuivis.


Plan du rapport

  1. . Introduction
  2. . Objectifs
    2.1 Connaître
    2.2 Favoriser la prévention
    2.3 Réagir
  3. . Rappels méthodologiques 3.1 Établissements cibles
    3.2 Données recueillies
    3.3 Saisie et analyse des données
  4. . Résultats 4.1 Origine des données constituant la base Raisin 2013-2014
    4.2 Incidence des AES
    4.3 Qualité des données – données inconnues ou manquantes
    4.4 Caractéristiques des victimes d’AES
    4.5 Caractéristiques des AES
    4.6 Caractéristiques des APC
    4.6.1 Services d’origine des victimes d’APC
    4.6.2 Mécanismes des AP
    4.6.3 Tâches en cours au moment de l’APC
    4.7 Moyens de prévention
    4.7.1 Vaccination contre l’hépatite B
    4.7.2 Prévention des AES percutanés : port de gants et tâches en cours
    4.7.3 Prévention des APC : présence d’un collecteur pour objet piquant coupant tranchant (OPCT)
    à portée de main 4.7.4 Prévention des AES percutanés : mise à disposition de matériels de sécurité
    4.7.5 Statut sérologique du patient source
    4.8 Évolution
  5. . Discussion/conclusion
    Références bibliographiques
    Liste des établissements participants en 2013

Le rapport est accessible au format pdf en cliquant sur le logo