retour accueil


site de l'INRS




enseigner la santé et la sécurité au travail

CoVID19 : Analyse et prévention des risques biologiques
publication le 08/04/2020

COVID 19 analyse des risques et prévention du risque biologique

Analyse des risques biologiques liés au coronavirus SARS-CoV2

Danger

L'agent biologique responsable de la pandémie de Covid-19 est le virus SRAS-CoV2. C'est un nouvel agent biologique, donc non encore classé dans les groupes de risque infectieux (Article R4421-3 du code du travail).
Il fait partie de la famille des coronavirus qui, eux, relèvent du groupe de risque infectieux 2 sauf les coronavirus responsables du SRAS et du MERS classés en groupe 3.
Au vu des données épidémiologiques actuelles, le SRAS-CoV-2 se rapproche des virus du SRAS-CoV et du MERS-CoV. Selon l'évaluation des risques et les manipulations effectuées, il doit être manipulé en laboratoire de niveau de confinement 3 ou 2(recommandations de l'OMS). Les coronavirus sont des virus à ARN enveloppés et comme tous les virus enveloppés, ils sont sensibles aux détergents qui détruisent cette enveloppe.
Il semblerait que la survie de ce virus sur les surfaces inertes soit variable en fonction de la nature du support, des conditions de température et du degré d'hygrométrie ... de 4 heures jusqu’à 3 jours.
Le réservoir naturel animal semble être la chauve-souris avec un hôte intermédiaire (le pangolin ?) avant le passage à l'homme.

Covid-19 : nouvelle maladie émergente due à un coronavirus transmis par la chauve-souris

Exposition

Les voies de sortie sont identifiées comme étant essentiellement à partir des gouttelettes expulsées par les malades qui toussent.
Mais tous les fluides du corps semblent contaminants, y compris les selles.
Les voies de transmission sont donc :

  • essentiellement aérienne avec l'inhalation de particules infectieuses dans la contamination interhumaine,
  • mais également cutanéo-muqueuse par le port de mains contaminées au visage près des muqueuses : nez, yeux, portes d'entrée du virus

Maladie

Les symptômes principaux sont un état grippal avec une toux sèche et une fièvre modérée accompagnée de maux de tête et de courbatures dans la grande majorité des cas.
Dans certains cas de personnes à risque (grand âge, problèmes respiratoires chroniques, diabère, obésité, état d'immunodéficience...), la maladie présente un tableau clinique inquiétant avec principalement une insuffisance respiratoire grave nécessitant une hospitalisation.
Le délai d’incubation, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes est de 3 à 5 jours en général mais peut s’étendre jusqu’à 14 jours durant lesquels le sujet peut être contagieux.
La durée de la maladie est en général de 8 à 10 jours.
Les temps estimés, correspondant à l'incubation et à la maladie, expliquent la durée du confinement.
Il est à noter le cas des porteurs sains, ou asymptomatiques, qui sont probablement très nombreux et très efficaces pour transmettre la maladie.
Il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement efficace. Pour combattre les symptômes gênants, le paracétamol est la molécule à utiliser pour atténuer fièvre et courbatures. Il est bon de rappeler que la fièvre est un élement normal de la lutte antivirale et que tant qu'elle est suportable, c'est un atout.
Par contre, tout médicament qui réduirait les défenses immunitaires sont à proscrire comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Mise en oeuvre de la prévention

Prévention intrinsèque

  • Éviter les contacts, les rassemblements.
  • Limiter les déplacements = confinement.

Mesures de protection collective

  • Se laver les mains très régulièrement au savon (qui décolle les particules) ou au gel hydroalcoolique.
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir.
  • Garder une distance sécuritaire avec les personnes rencontrées donc
    • - saluer sans se serrer la main
    • - éviter les embrassades.
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter dans des poubelles fermées pour les déchets ménagers (pas dans le recyclage : protection des opérateurs de tri des déchets).
  • Porter un masque de type chirurgical pour éviter de propager la maladie s'il y a le doute d'être contaminé.

Mesures de protection individuelle

  • Porter des masques de protection de type FFP2 pour se protéger dans le cas d'un contact avec un malade.
  • Se laver les mains très régulièrement.

Instruction, information, formation