retour accueil


site de l'INRS




enseigner la santé et la sécurité au travail

Entretien des surfaces
publication le 13/09/2017

entretien des surfaces

1. Objet

La plupart des micro-organismes de notre environnement sont inoffensifs, mais certains peuvent présenter un danger s'ils arrivent à pénétrer l'organisme par inhalation, par ingestion ou en passant à travers la peau ou les muqueuses (yeux, nez, bouche).
Une des mesures de prévention des risques biologiques consiste à agir directement sur la prolifération des agents biologiques. Pour cela, des opérations de nettoyage doivent être réalisées régulièrement pour supprimer les sources de nutriments des micro-organismes.
Dans certaines situations, après le nettoyage, il est nécessaire d'effectuer une désinfection pour supprimer les micro-organismes présents au moment de l'opération. Cette désinfection n’empêche pas la recontamination ultérieure de la surface.
Une désinfection ne peut pas être envisagée sans nettoyage préalable.

2. Domaine d'application

L'entretien des surfaces (sol, matériel, ameublement…) concerne tous les secteurs professionnels ainsi que le domicile. Il compte deux principales étapes : le nettoyage et la désinfection.

Dans la majorité des cas, le nettoyage seul peut suffire :
  • locaux commerciaux, administratifs, industriels, sportifs, culturels, scolaires,
  • logements collectifs, logements individuels,
  • sanitaires, douches,
  • transports collectifs,...
Dans d'autres cas, le nettoyage doit être complété par une désinfection pour répondre à un protocole spécifique :
  • chambre des établissements de soins,
  • salles d'opération,
  • salles techniques de laboratoires,
  • locaux de production avec exigences de propreté: industries agroalimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, optiques, micro-électroniques, spatiales,...
  • locaux de stérilisation de matériels.

3. Description de l'activité

3.1 - Produits et matériels

Pour le dépoussiérage :
  • aspirateur muni de filtre HEPA (High Efficiency Particulate Air, comptant 5 classes de performances croissantes H10 à H14),
  • balai trapèze et gazes pré-imprégnées,
  • lavettes réutilisables humidifiées,
  • lingettes ou gazes imbibées.
Pour le nettoyage et la désinfection :
  • détergents,
  • désinfectants : acide peracétique, ammoniums quaternaires, biguanide, éthanol, hypochlorite de sodium (eau de Javel), peroxyde d'hydrogène, de qualité alimentaire dans le cas des cuisines collectives,
  • lavettes réutilisables,
  • lingettes nettoyantes jetables,
  • matériel de lavage à plat (balai rasant, bandeau…),
  • seaux,
  • gants résistants aux produits chimiques manipulés.

Les détergents peuvent déjà éliminer certains micro-organismes en détruisant les protéines et les lipides qui les enveloppent.
Les désinfectants contiennent des substances actives ayant différents spectres d'activité (variétés de micro-organismes sur lesquelles un produit agit).

Certaines substances détruisent la majorité des micro-organismes, alors que d'autres ont une activité ciblée sur les bactéries (bactéricide), les moisissures et levures (fongicide), les virus (virucide) ou encore les spores (sporicide).

tableau d'activité biocide des désinfectants

Les produits ayant ces activités répondent à des normes dont les références apparaissent sur l'étiquette.

Il existe des produits couplant les activités détergente et désinfectante. Ils peuvent être employés dans les locaux où les surfaces ne présentant pas un grand degré de salissure. Ces produits ne nécessitent pas de rinçage (sauf en cas d'utilisation en alimentaire), mais peuvent, à la longue, laisser des dépôts. Pour éliminer ces dépôts, il convient de procéder, une fois par semaine, à un nettoyage avec un détergent, suivi d’un rinçage et d’une application de désinfectant.

3.2 - Méthode

Il convient de mettre en place des stratégies de nettoyage / désinfection en fonction des activités, des locaux, des surfaces ou encore d'événements exceptionnels contaminants.
Ces stratégies donnent lieu à des procédures écrites et validées qui détaillent les techniques, les produits utilisés et les mesures de prévention à suivre par la personne effectuant cette intervention.

Le dépoussiérage doit limiter au maximum la formation d'aérosols inhalables. Pour cela il convient d’utiliser des aspirateurs munis de filtres HEPA et des chiffonnettes humides.

Les produits sont choisis en fonction des objectifs (nettoyage, désinfection), de la nature et de la superficie des surfaces à traiter.

  • L'efficacité des détergents dépend de nombreux paramètres dont il faut tenir compte lors du choix des produits :
    • le temps de contact,
    • la température,
    • le mode d'application (immersion, pulvérisation de liquide, pulvérisation de mousse, circulation dans des canalisations…),
    • la qualité de l'eau (dure ou douce),
    • la nature des souillures (graisses, protéines…),
    • la nature des matériaux à nettoyer.
    Le nettoyage quotidien des locaux permet d'éviter l'accumulation de poussières et de dépôts gras qui sont des éléments nutritifs des micro-organismes et qui contribuent à leur dispersion. De plus, comme ces matières peuvent réagir avec les désinfectants, il est important de les supprimer pour maximiser l'efficacité du désinfectant.
  • L'efficacité d'un désinfectant dépend également de nombreux paramètres, comme le degré de salissure de la surface, le temps de contact, la température, le pH, sa concentration…
    Une opération de désinfection effectuée sans respecter les concentrations indiquées par le fournisseur peut s'avérer inefficace. Par exemples :
    • à une concentration donnée, une substance active peut avoir une action sur les bactéries et les spores bactériennes, mais une diminution de cette concentration peut supprimer l'effet sporicide,
    • l'emploi d'une concentration de désinfectant plus faible que conseillée peut également entraîner l'apparition de micro-organismes résistants. Il suffit qu'une seule bactérie ait survécu à un biocide trop faiblement concentré, pour qu'elle recolonise rapidement son milieu. Celui-ci est alors envahi par des bactéries ayant un niveau de résistance supérieur à la population de départ. Pour éliminer cette nouvelle population, il faudra utiliser une concentration de biocide supérieure à celle du premier traitement.
    Il est important de changer régulièrement de substance active pour éliminer les souches ayant pu acquérir une résistance au produit précédent.
Il existe des règles de base qui doivent être respectées pour toutes les opérations de nettoyage et de désinfection :
  • procéder de la zone la plus propre vers la zone la plus sale, de haut en bas,
  • éviter de repasser sur des zones déjà traitées,
  • ne pas retremper un bandeau ou une lavette déjà utilisé(e) dans le produit afin de ne pas contaminer ce dernier,
  • après avoir effectué un détourage (passage de l'instrument autour de la zone à traiter) et afin de n'oublier aucune surface, décrire des "8" ou des bandes parallèles se chevauchant.

Pour les sols, il est indispensable de démarrer de la zone la plus éloignée pour aller vers la zone la plus proche de la sortie (pour éviter tout contact sur une zone déjà nettoyée). De même, le nettoyage des surfaces horizontales se fait en partant de la zone la plus éloignée vers la zone la plus proche de l'opérateur. Le nettoyage des murs se fait du haut vers le bas, pour reprendre les coulures de produit.

4. Prévention des risques

De nombreuses mesures peuvent être adoptées pour protéger les salariés contre les risques chimiques liés aux produits.

Par exemple, avant toute inscription d'un produit dans une procédure de nettoyage / désinfection, il convient d'en évaluer les risques chimiques et d'essayer de le remplacer par un produit non dangereux ou moins dangereux.
De plus, le nombre de personnes potentiellement exposées aux produits et aux micro-organismes peut être limité en effectuant les opérations de nettoyage / désinfection de surfaces en dehors de la présence des personnes effectuant une autre tâche. L'usage de techniques de désinfection automatisées (Désinfection des Surfaces par Voie Aérienne : DSVA), se faisant hors présence humaine, permet de limiter l'exposition du personnel.

La pulvérisation des produits chimiques est également à éviter, car elle génère des aérosols inhalables ou des gouttelettes pouvant atteindre les muqueuses du visage.

Ces produits de nettoyage / désinfection doivent être gérés comme tout produit chimique :
  • conserver les détergents et désinfectants dans leurs emballages d'origine, dans des conditions de stockage adaptées (température, lumière). En cas de déconditionnement, il est important de choisir un emballage adapté (proscrire absolument les emballages de produit alimentaire) et de reporter l'étiquetage figurant sur l'emballage initial,
  • tenir à jour et à disposition des salariés les fiches de données de sécurité des produits,
  • éviter de mélanger des produits au risque de provoquer des réactions chimiques dangereuses (par exemple : eau de Javel + acide).
Toute personne effectuant des opérations de nettoyage / désinfection porte des vêtements de travail couvrants (blouse) et des gants épais à longue manchette :
  • lors de port prolongé (supérieur à 10 minutes), les gants doublés coton offrent un meilleur confort,
  • les gants sont choisis en fonction des contraintes mécaniques et des produits chimiques employés. Eviter les gants en latex pouvant être responsables d'allergies.
Selon les tâches, cette tenue est complétée par des équipements de protection individuelle adaptés, comme un tablier étanche et des lunettes-masque ou un écran facial pour se protéger des projections lors du transvasement de produits concentrés.
Selon la nature du produit et la technique utilisée (DSVA), il peut être nécessaire de porter un appareil de protection respiratoire (APR) :
  • la protection contre les aérosols se fait au moyen d'APR muni de filtres anti-particules,
  • la protection contre les vapeurs se fait à l'aide d'APR muni de filtres anti-gaz spécifiques.
Certains masques combinent des filtres anti-particules et anti-gaz.
En fin d'opération, les vêtements et EPI réutilisables sont lavés. Les moyens de protection à usage unique utilisés pour la protection contre un risque chimique sont éliminés dans la filière des déchets chimiques.

Afin de limiter les risques biologiques et d'éviter la transmission par les voies cutanéo-muqueuse et digestive, il est recommandé de se laver les mains après avoir enlevé ses équipements et vêtements de protection et également avant de boire, manger, porter des objets à la bouche. Les mains sont lavées à l'eau tiède (en évitant l'eau chaude qui aggrave l'irritation cutanée), au savon et séchées à l'aide d'essuie-mains jetables.

5. Références

  • - ED 6188 : "La désinfection des surfaces en laboratoire de biologie".
  • - Normes des produits désinfectants :
    • NF EN 1040, NF EN 1369, NF EN 1276 pour l'activité bactéricide
    • NF EN 1275, NF EN 13697, NF EN 1650 pour l'activité fongicide
    • NF EN 14347, NF EN 13704 pour l'activité sporicide
    • NF EN 13610 pour l'activité virucide
  • - Simmbad : site "grand public" d'information sur les biocides du Ministère chargé de l'environnement et de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)