retour accueil


site de l'INRS




enseigner la santé et la sécurité au travail

Choix réfléchi des EPI
publication le 29/01/2016

Choix réfléchi des EPI contre les risques biologiques

Le port d’EPI est à envisager si la mise en place de protection collective est impossible ou s’avère insuffisante après évaluation des risques.

Est considéré comme équipement de protection individuelle (EPI), tout dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ou sa sécurité (articles R 4311-8 à R 4311-11 du code du travail). D’autres articles du code du travail précisent les règles d’utilisation des EPI (articles R 4321-4 à R 4322-3 et R 4323-91 à R 4323-106.

La publication ED 6077 de l'INRS donne les règles d'utilisation des EPI.

Le choix des EPI contre les risques biologiques se fait en fonction :

1. Protection des voies cutanéomuqueuses

1.1 Port de vêtement de protection

Les vêtements de protection (et non les vêtements de travail) doivent être conformes aux règlements relatifs à la conception de EPI et donc porter obligatoirement le marquage CE (ED 995). Celui-ci atteste que le vêtement est conforme aux exigences de la directive européenne 89/686/CEE. Les vêtements contre les agents infectieux répondent aussi aux exigences de la norme NF EN 14126. Cette norme définit, entre autre, 6 types de protection concernant les combinaisons complètes :

Le type de combinaison est choisi en fonction du danger de l’agent biologique et du type d’exposition de l’opérateur.

1.2 Port de gants à usage unique

Il est nécessaire pour toute manipulation présentant des risques d’exposition par contact avec des réservoirs d’agents biologiques (confection de frottis sanguin, manipulation de déchets, manipulation de vêtements souillés…). Ce risque de contamination est augmenté s’il existe des plaies ou micro-coupures sur les mains.

Le choix de la nature des gants se fait en fonction des dangers dont on veut se protéger (agents biologiques -ED 118-, agents chimiques -ED 112-) et de la nature des travaux (par exemple résistance aux déchirures pour la manipulation de pièces mécaniques). Les gants d’usage courant (latex ou nitrile) ne sont pas particulièrement inflammables mais leur utilisation près d’une source de chaleur peut majorer la gravité d’une brûlure.

Les gants doivent être enlevés après la manipulation à risque et avant tout contact avec du matériel "propre" afin d’éviter de contaminer ce dernier. En particulier, il faut éviter le contact des gants contaminés avec :

Après avoir ôté les gants, il est nécessaire de se laver les mains pour éliminer les agents biologiques qui s’y seraient déposés lors de la manipulation des gants usagés.

1.3 Port de protection oculaire

Il existe différents type de protection oculaire :

Le choix de ces protections (ED 798) se fait selon le type d’exposition mis en évidence lors de l’évaluation des risques, par exemple lors du débouchage de tubes à bouchon entrant, de manipulations sur un bassin d’aération…

En laboratoire, la protection contre les projections est assurée prioritairement par le travail sous PSM (poste de sécurité microbiologique).

Il convient de porter des protections oculaires même lors de :

2. Protection des voies respiratoires

Port d’appareil de protection respiratoire (APR)

Il est nécessaire pour toute manipulation générant des aérosols pouvant contenir des agents biologiques responsables de pathologies respiratoires.

L’identification de telles situations de travail entraîne prioritairement la mise en place de mesures de prévention collective (synthèse thématique 3RB sur la prévention collective).

L'usage des APR ne peut s'envisager que pour des manipulations ponctuelles de courte durée.
Les APR se choisissent selon le type d'aérosols et la pénibilité de la tâche.
Ils doivent répondre à certaines normes, comme l'indiquent les documents disponibles sur le site www.inrs.fr : ED 98 et ED 105

3. Protection digestive

3.1 Port de gants à usage unique

Il est nécessaire pour toute manipulation présentant des risques d’exposition par contact mains-bouche avec des réservoirs d’agents biologiques entraînant des pathologies digestives (traitement des boues activés des stations d’épuration, nettoyage des berges, ouverture de flacons de selles…).

Les conditions de port de gants sont les mêmes que celles énumérées plus haut.

3.2 Lavage des mains, mesures d'hygiène

Il est nécessaire pour toute manipulation présentant des risques d’exposition par contact avec la bouche de mains ou d'objets potentiellement contaminés par des agents biologiques entraînant des pathologies digestives.

Les mesures suivantes doivent être respectées (Lavage des mains : procédure opérationnelle 3RB) :

4. Ressources

4.1 Textes officiels

4.2 Autres documents